Surprise au Touquet Paris plage

Ils annoncent un super weekend, il faut profiter. Envie de voir la mer. Pas de vrai plan.

 

LF5755 – LFYG (Zoufftgen – Cambrai : 238km )

 

Vol agréable à 4500 pieds pour une petite heure et demi. Cambrai est gâté avec ses installations, une jolie piste, une station essence (fonctionnant uniquement avec la présence d’un membre du club), un clubhouse très grand, il ne leur manque plus que des chambres d’hôtes.

Essai de recontacter les terrains côtiers, qui, pour les vacances se sont improvisés en restreint!

Après plusieurs essais infructueux de joindre l’un ou l’autre par téléphone, la solution de simplicité est avancée : ce sera le Touquet.

 

LFYG – LFAT (Cambrai – le Touquet : 126km)

 

2eme vol, toujours aussi agréable, au point de report E, le contrôleur donne une directe en 31 face à la mer. Puis il annonce en numéro 2 un avion pour le circuit. Avec ses 150km/h, le Rans n’est pas encore arrivé au point EA! Information donnée pour ne pas gêner l’avion plus rapide. Atterrie, la place de parking est attribuée.

Avec l’intention de dormir sur place, le kit d’amarrage est sorti. De nombreuses berlines sont en train de se garer sur le tarmack, et à peine la dernière corde attachée pour sécuriser l’ulm, un policier informe que si ma sortie n’est pas immédiate, je serais bloquée pour une heure. Fermeture du petit bleu et vite au restaurant, il est 14.30 et la faim se fait ressentir. Curieuse de ce remue-ménage, j’apprends que notre président va atterrir. Alors, derrière les portes vitrées et entre les colosses on tente, comme plusieurs badauds présents, une petite photo.

 

A une table de l’Escale, restaurant sur l’aéroport, commencent les tentatives pour trouver un logement. Le Touquet est complet, élargissement du champ des recherches aux villages voisins et c’est l’hôtel Kydiad, qui, sympathiquement donne les coordonnées d’une maison d’hôtes à Etaples. Chambre disponible, directement réservée.

Vélo enfourché, chemin demandé et raccourci pris vers la logeuse. Etaples est une petite ville de pêcheurs qui a du être jadis très active. Sur sa place centrale on y mange de délicieuses moules frites, comme partout à la ronde.

 

LFAT – EBAM (le Touquet – Amougies : 195km)

 

Rendez-vous galant prévu à 12.00 à Amougies. En espérant que l’aéroport du Touquet ne soit pas temporairement fermé, calcul du temps pour descendre en vélo, préparer l’ulm et longer encore un morceau de la côte avant de dire au revoir à la mer. La piste cyclable suit le canal, le matin, les échoppes vendent le poisson frais, il semble délicieux mais impossible à ramener!

La piste 13 est en service, fidèle aux intentions de profiter de la mer jusqu’aux derniers instants, un retour par le littoral est demandé.

Première à poser à Amougies, terrain en herbe bien tondu. On a tout loisir de regarder de l’agréable terrasse les avions. Y atterrissent et décollent pratiquement que des VL3, pour cause : c’est leur QG. Après un repas succulent, le VL3 de Claude s’envole pour Noertrange tandis que mon plan de vol s’arrête à Longwyon pour voir la porte ouverte des copains. Après avoir survolé une forêt qui n’en finit plus (grosso modo 60km), pas de posé possible à Longwyon, un accident s’est malheureusement produit, et les festivités ont été suspendues. Je me déroute et retourne à Zoufftgen directement.

 

Article : Muller Rachel

Photos : Muller Rachel