Pourquoi pas la Suisse?

Petit week-end dépaysant avec certes, quelques formalités.

1/ vérifier que l’ulm est bien accepté dans les espaces aériens suisses

http://www.ecolight.ch/Images/Einflug.pdf

2/ Formalités douanières

 

  • Pour la France: J-1

En fonction de l’aéroport douanier bien vérifier combien de temps avant il est nécessaire d’envoyer le préavis de douanes. Cela varie selon l’aérodrome et si c’est un jour ouvrable ou non.

En venant du nord : LFSM : Montbeliard  et  LFSP : Pontarlier

En venant du sud : LFLP : Annecy et LFLI : Annemasse

Remplir le formulaire ci-joint

et l’envoyer au cli-lyon@douane.finances.gouv.fr

Centre de liaison inter-services des douanes de Lyon

41 Avenue Condorcet 69100 VILLEURBANNE
Tél. 09 70 27 30 28 – Fax. 04 72 82 12 02

 

  • Pour Lausanne:

Remplir le formulaire

http://www.lausanne-airport.ch/pilotes/douane.html

et l’envoyer à :  ais@lausanne-airport.ch

Acquittée de ces tâches administratives, le vol peut commencer !

Joli weekend end prolongé au ciel magnifiquement bleu.

 

 

Jour 1

LF5755 – LFSM ( Zoufftgen – Montbeliard 224km )

Montbeliard a été choisi afin de pouvoir après, survoler la ribambelle successive des lacs. C’est un grand terrain dont la tour n’est pas active les weekends.

Posé sur la piste en dur après 1h30  de vol, attente des douaniers et de l’ouverture du plan de vol.

Personne à l’horizon, c’est repartit en prenant la piste en herbe, plus près que celle en dur, le roulage sera moins long.

LFSM – LSGL (Montbeliard – Lausanne 122km)

Contact avec Genève info en prenant soin de bien préparer son itinéraire précisant les villes ou terrains survolés, le routing est systématiquement demandé par les suisses.

Le survol des lacs, Beiler, Neuchatel, et Lausanne est effectivement un choix de qualité, un régal pour les yeux.

Lausanne “la Blécherette” a une fréquence ATIS et une fréquence en auto-information. C’est la 18 en service, vent arrière face au lac, base sur la ville et atterrissage mouvementé.

Roulage jusqu’à la pompe essence, avec l’idée de faire le plein qui sera vite abandonnée. Le vent souffle tellement qu’il serait impossible de ne pas avoir des projections sur le plexiglas. Crainte de laisser seul le petit bleu dans un tel vent. Demande à la tour si un hangar ne serait pas disponible. Négatif. Envoyée au parking. Moteur coupé, brakefreins enclenchés, prête à sortir de l’ulm pour l’attacher, la voiture” follow me” déboule. Un jeune gars annonce avec sourire qu’il y a une place disponible dans un hangar, il n’y a qu’à le suivre! Le hangar est derrière les installations nouvelles, le propriétaire de la place est parti pour tout le weekend end en Suède ou Norvège, une réelle aubaine apparemment c’est généralement quasi impossible d’obtenir un hangar.

Le petit bleu passera son séjour en Suisse en compagnie d’un Buck de 1937 en parfait état.

Enregistrement des données dans la base du Charlie de Lausanne et commande d’un taxi pour aller en ville. Compter environ 25 francs suisses mais les taxis prennent aussi les euros et certains même la carte bleue.

A ne pas manquer à Lausanne : le lac et sa promenade qui n’en finit plus ainsi que le quartier Flo, animé le soir avec ses restaurants de tout type, ses cafés et boites branchées. On se déplace aussi grâce au métro.

 

 

Jour 3

LSGL – LFSM (Lausanne – Montbeliar 122km)

LFSM – LF5755 (Montbeliar – Zoufftgen 224km)

La route était trop belle alors ce sera la même pour le retour.

La frénésie d’avoir obtenu une place dans le hangar a fait oublier d’enlever les breakfreins.

Au retour, c’est le démontage des caches roues pour vérifier l’état des plaquettes.

 

Article : Muller Rachel

Photos : Muller Rachel