Escapade à Belle Ile

Avec un vent arrière et une piste encore molle des pluies abondantes, bien que voyageant léger pour le week end, Claude préfère faire un essai seul à bord par sécurité. Le VL3 décolle en milieu de piste. A deux, il est freiné par un ban de terre meuble mais finit par mettre son nez en l’air.

Les 4 équipes se rejoignent à Villerupt sous une météo maussade.

BI (1)

L’idée est d’aller chercher le soleil à Belle Ile. Daisy sera de la partie.

BI (2)

Les planifications de vol initiales au FL65, revues la veille à la baisse au FL45 tombent à 1.500ft , on se met d’accord pour un stop essence à mi-chemin du trajet.

LFAW-LFOZ

Orléan St Denis, une grande piste en macadam avec une infrastructure importante a été élue. Dès l’atterrissage, direction la pompe de marque BP…On possède la carte Total! Confiants on s’adresse aux pilotes présents, instructeur, proposant de payer en liquide contre l’utilisation de leur carte mais d’aucun n’acceptera. Les pilotes vérifient alors leurs jauges et leurs consommations respectives pour décider de la nécessité ou non d’un autre stop ravitaillement. 15L/h en moyenne, tous ont assez plus la réserve de sécurité pour rejoindre l’ile.

On quitte la fréquence  122.4, en remerciant ironiquement pour l’essence.

 

LFOZ-LFEA

Les fréquences radio se succèdent Seine info, Paris, Vatry, Nantes … Le niveau de vol est toujours en dessous de 1.500ft, overcast, pas de possibilité de monter pour les pilotes VFR.

En visuel, un trafic opposé à midi, même altitude sans doute possible ; une fraction de seconde pour décider et virage à 45°pour l’éviter. Le cessna blanc et rouge continue tranquillement sa course, il ne semble pas nous avoir vu. Le service d’information trafic n’a pas attiré notre attention, l’avion n’est probablement pas sous contrôle radio.

La frontière du mauvais temps s’arrête avec le survol de la mer, le soleil fait son apparition fidèle aux prévisions météorologiques.

BI (3)

BI (4)

BI (5)

L’accueil de Maurice à Belle ile change radicalement du précédent, c’est avec de grands sourires que les réservoirs peuvent être remplis puis les ulm sont alignés pour attendre sagement le retour de leurs propriétaires. Les hommes se stipplent à savoir si c’est bien son ulm qui a le moins consommé..

2 Pionneer 300 (Joelle-Uli & Alison-Ed-Daisy), FK-14 dont la couleur, au soleil,  miroite de milles paillettes (Sumie-Camille) , VL3 (Rachel-Claude)

BI (6)

Les twingos ont été réservées à l’avance, une blanche et une bleue sont garées à l’entrée de l’aéroport, les bagages sont entassés dedans mais chose étrange des affaires sont à l’intérieur… Ce ne sont pas les nôtres! On décharge et recharge dans les bonnes et on décapote pour notre plus grand plaisir.

L’ile est très jolie, son caractère sauvage a été scrupuleusement conservé. Pour ceux qui ont eu le plaisir de s’y rendre par le passé, ils l’a retrouvent inchangée. Pas de grands complexe hôtelier ni building mais des maisonnettes blanches et colorées, de grandes étendues de genets, de petites criques et des sentiers de ballade. Poisson frais et crustacés régalent nos papilles au souper.

BI (7)

BI (8)

BI (9)

Poisson frais et crustacés régalent nos papilles au souper.

BI (10)

Le lendemain, randonnée pour les uns, vélo pour les autres et tour de l’ile en Twingo associé au far niente pour les « plus » courageux ! Les résistants au programme « je mets une protection » rentreront avec quelques souvenirs du soleil sur leurs visages.

BI (11) BI (12)

BI (13) BI (14) BI (15)

Le week end prolongé touche à sa fin, il ne reste plus que le vol du retour. Les prévisions météo sur les 730km nous font choisir un départ à midi.

A la pré check du moteur, le VL3 a une extrémité d’un ressort du dessous de cassée. Des 4 équipages, le plus prévoyant a un ressort de rechange et c’est 4 têtes masculines armées de lederman qui farfouillent dans le moteur jusqu’à avoir raison de ce bout de ferraille !

Backtrack du petit bout de la piste 24 pour alignement et décollage. Survol de Palais et de la citadelle de Vauban.

BI (16)

BI (17)

BI (18)

Les « Villerupt » feront le vol d’une traite tandis que les « Zoufftgen » préfèreront après un vol à 3.500ft de 2h10 faire une halte café au terrain en herbe de Pont sur Yonne LFGO. Les 50 derniers km pluvieux ne le furent pas suffisamment pour pouvoir se dispenser de laver l’ulm !

BI (19)

BI (20)

BI (21)

Muller Rachel

Photos Joelle Jaeger